Développement personnel,  Huiles essentielles,  Parentalité bienveillante

6 secondes d’attention…

C’est la durée maximum qu’une personne passe en moyenne à regarder une vidéo sur Facebook. Sur les réseaux sociaux la règle des 100 caractères a déjà fait ses preuves : si vous voulez être lus ne dépassez jamais ces 100 lettres c’est-à-dire grosso modo une phrase. (Ça y est je viens de le faire ! Oups et deux fois de suite en plus !)

Notre monde moderne est le royaume de la gratification instantanée

Le symptôme de notre manque de persévérance

Comment se manifeste ce manque d’attention et d’où nous vient cette tendance ? Nous sommes dans le monde de l’instantané pour absolument tout. Cela a sans doute commencé lorsque nous sommes passés de la photo argentique au numérique. L’attente du développement de la pellicule chez le photographe n’avait plus de raison d’être. La capacité de se voir immédiatement permet certes de prendre de merveilleux clichés mais on oublie très souvent de simplement observer et profiter de la vie devant nous telle qu’elle est. L’objectif est notre viseur mais aussi notre filtre et nous pouvons cliquer à volonté. Le résultat est accessible de suite, au point même qu’on en oublie très souvent d’imprimer les photos. Une mentalité de surconsommation rapide d’image s’installe. De la même manière pour la connaissance et le savoir : avant il fallait passer un peu de temps à chercher dans un dictionnaire ou une encyclopédie. Désormais nous sommes à quelques clics de la réponse sur Wikipédia ou Google. A demande instantanée, réponse immédiate… « Attends laisse-moi vérifier… »

Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Quels que soient les arguments et ce que nous en pensons, pour ou contre, cette tendance est là pour durer. Nous devons vivre avec cette nouvelle réalité. A l’école, les élèves lisent désormais la version abrégée des Misérables… Nous raccourcissons les œuvres d’auteurs qui n’ont plus leur mot à dire, mais surtout le message sous-jacent parait dangereux pour l’état d’esprit des futures générations. Nous apprenons à nos enfants (très souvent par inadvertance) que long = difficile = ne pas faire… Nous leur mâchons le travail par peur qu’ils ne réussissent pas à terminer. Mais justement faire des erreurs, abandonner, perdre, ce sont des leçons de vie très importantes dont on ne doit pas les priver, et nous non plus.

Le pouvoir des images et du visuel

Lorsqu’on ne prend pas le temps de lire on rate des informations parfois cruciales. Nous connaissons tous la fameuse devise de Paris Match « Le poids des mots, le choc des photos ». Il est clair que ce qui reste à l’esprit est le visuel car il rentre dans notre tête de manière instantanée. Les mots qui l’accompagnent n’ont de poids que s’ils sont lus. De la même manière nous risquons de mal interpréter une image si l’on ne lit pas sa légende.

Désormais ce sont les vidéos qui ont remplacées les images figées et qui sont omniprésentes. Chaque jour 5 milliards de vidéos sont visionnées sur YouTube, et plus de la moitié le sont sur des téléphones portables. Nos enfants sont demandeurs d’images en mouvement pour fixer leurs apprentissages. D’où l’importance de filtrer et suggérer les films et documentaires qui vont venir formatter leurs souvenirs et participer à leur instruction avec beaucoup d’impact. De la même manière pour les Apps qui peuvent être des outils pédagogiques et de divertissements incroyables pour les enfants mais qui fonctionnent toujours sur la base de la prédominance de l’image en mouvement. L’adulte en devenir doit avoir la possibilité de se construire avec d’autres sens que l’audio-visuel, notamment à travers le toucher et l’odorat, nous en avons parlé en détails dans un article précédent intitulé S’entourer de plantes et de senteurs à la maison.

Le besoin d’être diverti en permanence

La meilleure chose qui puisse arriver à un enfant est de s’ennuyer.

Nos enfants ont appris que de nous dire « je m’ennuie » amène toujours la même réponse : « super ». Car ce sont dans ces moments d’ennui qu’ils seront les plus créatifs. Pourquoi ? Parce qu’ils devront trouver quelque chose à faire pour s’occuper qui ne soit ni un écran ni une stimulation parentale. Lorsque notre plus grand fils s’ennuie… il a pris l’habitude de nous faire la cuisine ! La plus grande propose d’aider la plus jeune à faire ses devoirs. Un projet couture, lego, bracelet brésilien, écriture de lettre, jeux de société entre frères et sœurs… ou tout simplement prendre un livre et rêvasser. Ce qui est important c’est de leur apprendre à ne pas toujours être divertis par des moyens extérieurs, notamment visuels et en mouvement perpétuel. La richesse de leur monde intérieur doit être encouragée pour en faire des êtres réfléchis. Et cela est tout aussi bénéfique pour nous adultes ! Notre instinct face à l’omniprésence des écrans fait que notre cerveau est constamment aspiré vers les images mouvantes. Choisissons donc de les regarder, ou non, mais faisons-le en conscience.

Prendre le temps en connaissant sa véritable valeur

S’ennuyer permet aussi de différer l’action ou l’obtention du résultat escompté. Le temps est nécessaire pour la réalisation de nombreuses intentions (la réflexion arrive à maturation) mais cela l’enfant ne le saura pas s’il a tout, tout de suite. L’attente a une valeur en soi qu’ils peuvent ressentir lorsqu’ils n’ont pas accès de manière immédiate à une de leurs demandes (TV, ordi ou tablette entre autres). « Tout vient à point à qui sait attendre. » A condition bien sûr d’être dans une démarche créatrice durant cette attente, et pas seulement dans un état d’esprit de blocage et de frustration à devoir patienter avant de pouvoir recevoir.

Le temps est un élément nécessaire dans tous les aspects de notre vie, du quotidien aux grands projets. Nous avons tous besoin de temps, ou plutôt de prendre le temps afin d’accomplir ce qui nous parait essentiel. Une famille recomposée se construit avec et dans le temps, nous le vivons chaque jour.

Le changement, comme la guérison, demande du temps.

Prendre le contre-pied de la vie pressée

Pourquoi écrivons-nous des articles de blogs si denses et longs dans un monde où l’instantané est roi ? On ne peut pas rentrer dans la profondeur des choses et prendre des décisions de transformation sans consciemment se donner le temps nécessaire. Lire permet de s’arrêter, de poser son regard et donc son esprit. Or nous sommes dans une société où il y a énormément d’écrits mais la qualité n’équivaut pas toujours la quantité… Si vous lisez cet article et bien vous avez pris le temps de le faire et c’est une belle chose. Quel que soit votre ressenti sur son contenu, que nous vous invitons à partager dans les commentaires !

Qu’est-ce que l’Essentielle ? : ce n’est pas tant un condensé qu’un processus, il nous faut du temps pour faire notre propre expérience. De la même manière qu’il faut du temps à notre corps pour guérir et à la nature pour créer des essences naturelles. Savez-vous que pour récolter l’huile essentielle de Palo Santo (Bursera graveolens), un arbre considéré comme « magique » en Amérique du sud, et bien il faut attendre que l’arbre meure et tombe de lui-même. A cela s’ajoute au moins 3 ans supplémentaires avant de pouvoir effectuer la distillation… Ceci est indispensable pour obtenir les bienfaits thérapeutiques de cette huile. Le Palo Santo nous donne une idée de l’importance du temps dans le processus de création et de guérison. La valeur que l’on porte au résultat – personne ou essence – n’en est que plus grande !

Palo Santo dans la ferme de Young Living en Équateur

Et vous ? Pour quel élément essentiel de votre vie êtes-vous prêts à prendre le temps ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Abonnez-vous pour ne jamais rater un nouvel article !