Développement personnel,  Parentalité bienveillante,  Relation amoureuse

4 raisons de toujours faire passer son couple avant ses enfants

Nous avons créé une société où nos enfants sont placés au centre de nos décisions et de nos relations de groupe. « Contacte la maman de Jean » ou bien « c’est le papa de Marguerite qui m’en a parlé. » Nos propres prénoms sont secondaires. Les enfants sont l’objet principal de nos discussions et ils bénéficient d’une attention incroyable. Ils sont le moyen de nous faire acheter (les publicistes l’ont bien compris) et cela commence dès la naissance. Nos choix de vie sont très souvent conditionnés par ce dont (nous pensons que) nos enfants ont besoin ou ce dont ils pourraient souffrir. « Déménager mais tu n’y penses pas Pierre a tous ses copains ici… »

Le plus grand danger de cette focalisation sur nos enfants se trouve au sein même du couple.

Lorsqu’un enfant arrive la dynamique du couple change forcement du tout au tout. C’est inévitable ! Il y a le nouveau rôle de parent à apprivoiser, apprendre à vivre avec ce petit être pour lequel on ressent un amour inconditionnel et dont on se soucie constamment. Très vite l’enfant risque de détrôner toutes les autres relations existantes. Sa présence demande tellement d’attention, et l’émerveillement qu’il procure semble justifier à lui seul cette focalisation intense sur sa petite personne. On pense souvent que la mère surtout si elle allaite est responsable de cet état de fait. Mais le père est très souvent tout aussi gaga de son enfant et ne met rien en place pour empêcher cette dérive sentimentale vers sa progéniture. Ma première relation fut un exemple typique de ce repositionnement plaçant l’enfant en premier et au-dessus de tout. Autour de moi j’ai pu constater le même phénomène et je me rappellerai toujours la remarque du mari d’une amie qui venait d’accoucher : « maintenant c’est notre fille la personne la plus importante. »

Chaque relation de couple est unique, chaque relation parent-enfant l’est aussi. Comprendre pourquoi l’enfant prend une part si importante dans notre cœur et dans notre vie demande une réflexion personnelle et la réponse sera propre à chacun.

Mon conjoint compte plus que nos enfants

Dès 19h notre bébé est couché, vient ensuite l’heure du dodo pour les deux plus jeunes ; les deux plus grands peuvent garder la lumière allumée dans leurs chambres un peu plus longtemps. Cependant les enfants savent tous une chose essentielle : après 20h30 le salon nous appartient et aucune discussion sur leur personne et leurs besoins ne se fera avant le lendemain matin. Notre chambre est également hors limite, on frappe avant d’entrer et on nous laisse profiter l’un de l’autre. Pendant la journée nous les avons écoutés, éduqués, nourris, aidés mais le soir nous avons besoin de nous retrouver tous les deux. Dans ce contexte une soirée film en famille est particulièrement appréciée d’autant plus qu’ils savent que leurs parents prennent sur leur temps habituellement réservé à eux seuls.

Je n’imagine pas une autre façon de procéder ou de penser, tout d’abord parce qu’elle est naturelle. David est la personne la plus importante dans ma vie, et je suis celle qui compte le plus dans la sienne. Aucun enfant même notre petit dernier ne passera avant lui et moi. Il y a une inconditionnalité dans notre relation qui la place au-dessus des autres relations que nous pouvons avoir, et qui nous permet de nous construire sereinement. Mais ce « nous d’abord » n’est pas la manifestation d’un égoïsme profond, il n’empêche en rien d’être présent pour aider et aimer ses enfants. Bien au contraire il donne à tous les enfants une sécurité dont ils ont besoin pour grandir et dont le fondement même est notre sens des priorités.

Voici les 5 raisons pour lesquelles placer son conjoint avant ses enfants est fondamental pour l’harmonie familiale :

1. Quand les parents vont bien : tout va bien !

Ce thème reviendra très souvent sur notre blog : ce ne sont pas les circonstances de vie elles-mêmes qui affectent les enfants mais la façon dont les adultes réagissent autour d’eux qui les affectent. Un enfant a besoin de sentir l’amour et la sécurité, ce sont deux éléments indispensables pour sa construction mentale. Leurs premiers modèles sont leurs parents (qu’ils soient adoptifs, biologiques ou beaux-parents) et lorsqu’un enfant est témoin du bonheur des adultes atour de lui, il ne peut que le ressentir par ricochet. Les mimétismes sont profonds chez les enfants : leurs expressions et leurs façons d’être reflètent celles du couple ou du parent qui s’occupe le plus d’eux. Si les parents se sentent bien, l’enfant se sentira bien. C’est aussi simple que cela. La meilleure chose qui puisse arriver à un enfant est que ses parents mettent un point d’honneur à protéger leur relation de couple, à la faire vivre avec amour et respect. Le bonheur appelle le bonheur. A condition bien sûr qu’il soit partagé autant que possible avec ses enfants.

2. La vie “après” les enfants

« A 18 ans vous devrez vous débrouiller tout seul. » Je n’irai pas jusqu’à dire que nous comptons les années jusqu’à ce que les enfants quittent le nid familial mais presque. La responsabilité et l’inquiétude ressenties pour le bien-être et la santé de son enfant ne s’arrêtent pas le jour où il quitte maison, mais il arrive un âge où il devra faire ses propres choix, ceux pour lesquels nous l’avons préparé. Ce moment sera aussi celui où nous nous retrouverons tous les deux. Un grand nombre de couples se séparent lorsque les enfants quittent la maison pour poursuivre leurs études, ou encore lorsque le père ou la mère atteint l’âge de la retraite et se retrouve face à face sans personne d’autre au quotidien que leur conjoint. Certains couples restent ensemble « pour les enfants » et en sont plus ou moins conscients, d’autres ne se sont tout simplement pas rendu compte qu’ils vivaient leur vie de couple uniquement « à travers » leurs enfants.

Le ciment d’une relation amoureuse est soi-même et son conjoint, jamais ses enfants.

Les enfants viennent et partent mais nous passerons le reste de notre vie ensemble. Et pour qu’à 50, 60, 70 ans nous vivions encore et toujours le bonheur c’est bien nous deux – en tant qu’homme et femme, et non en tant que père et mère – qui devons être la priorité dès maintenant.

3. Donner l’exemple d’une relation saine

Lorsque je parle aux enfants je m’adresse toujours à l’adulte en devenir… Nous n’éduquons pas nos enfants pour maintenant : nous sommes un modèle parental dont ils pourront s’inspirer plus tard. Pour se construire l’enfant observe donc qu’il le veuille ou non notre influence est incroyable. Ce n’est pas ce que nous leur disons mais comment nous vivons qui a le plus d’impact sur leur mentalité et leurs façons d’être. Et quoi de plus sain que d’être les témoins d’un couple pour qui le bonheur physique et émotionnel est la pierre angulaire de la relation familiale ? Si nous voulons que nos enfants prennent soin d’eux et des autres nous devons d’abord le faire nous-même.

Lorsqu’un enfant est témoin de l’amour que ses parents ont l’un pour l’autre il ressent lui aussi cet amour. Sa construction personnelle en est renforcée, encore plus même qu’avec l’affection qui lui est directement accordée.

4. De bonnes relations participent à la création de l’autonomie

Quand papa et maman sont occupés ensemble les enfants doivent se prendre en main pour effectuer les tâches du quotidien. Si nous sortons le soir les plus grands savent que c’est eux qui devront préparer le repas et nettoyer la cuisine avec l’aide des plus petits. Ils nous encouragent même à le faire car ils savent le temps que nous passons à nous occuper d’eux et le besoin que nous avons de nous retrouver à deux.

L’autonomie ne se manifeste pas seulement dans les besognes quotidiennes mais aussi et surtout dans leur mode de pensée. Nous avons observé qu’un des avantages principaux de faire passer son couple en premier est tout simplement l’absence de compétition entre les enfants. Ce n’est pas une discussion que nous avons avec eux, ils voient tout simplement que nous faisons front commun et cela leur permet de se sentir vraiment à leur place d’enfant. Les relations entre frères et sœurs en sont plus sereines car aucun des enfants ne pourrait se réclamer d’être le préféré de l’un ou l’autre des parents puisque la place est déjà occupée ! Il n’y a également pas (ou en tout cas moins) de prise possible dans leur discours sur tel ou tel sujet de désaccord potentiel avec nous puisque nous refusons qu’ils s’immiscent entre nous. Même lorsqu’un des parents est physiquement absent les enfants savent que les règles de vie commune sont appliquées de manière coordonnée avec l’autre. Il ne s’agit pas de penser ou d’agir à l’identique dans le couple mais de toujours conserver cette cohérence et d’appuyer les décisions de l’autre parent si besoin. Or mettre les enfants après son conjoint permet de le faire beaucoup plus naturellement.

Famille recomposée : une raison supplémentaire

Nous n’avons jamais connu une vie ensemble sans enfants, un « avant bébé », il serait donc difficile pour nous d’imaginer notre couple autrement. Mais la frustration de ne jamais s’être connu libre de toute responsabilité familiale est un facteur important qui explique notre détermination à protéger notre relation avant tout. La règle d’or de faire passer son conjoint en premier est encore plus importante car dans le cadre d’une recomposition les parents doivent construire une nouvelle unité familiale dans un environnement qui pourrait vite devenir hostile si le pouvoir était donné aux enfants de dicter les lois de l’affection.

Mais quelques soient vos circonstances de vies faire passer son couple avant ses enfants permet de garantir un équilibre personnel et familial pour maintenant et les années à venir. Qu’en pensez-vous ? Connaissez-vous des situations particulières où cela ne vous semble pas pertinent ? Nous attendons vos commentaires !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  • Anne-Laure

    Rooo tellement vrai !!! Je suis à 200% d’accord avec ton article ! Ce n’est pas toujours facile à appliquer parce que les enfants grappillent sans arrêt de la place, et quand ils sont grands (15 ans pour notre aîné), ils revendiquent la place au salon après 21h. Mais le secret d’un couple qui dure, c’est incontestablement ce que tu écris dans ton article ! Ça pourrait en choquer certains qui vivent pour leur enfants… Je parle de tout ça dans mon blog, consacré entièrement aux familles recomposées. Bravo pour ton blog et bonne continuation !

    • Laure Arbert

      Merci Anne-Laure pour ton commentaire !
      Je vais aller faire un tour sur ton blog ! Et je suis très heureuse de rencontrer une autre élève d’Olivier 😉
      Bonne continuation et à bientôt,
      Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Abonnez-vous pour ne jamais rater un nouvel article !